15/10/2014

La mode des selfies débarque à La Mecque

Qui n’a jamais rêvé d’être son propre photographe pour avoir des photos à son goût ? Grâce à la technologie, c’est devenu possible et voilà que la mode des selfies fait rage sur les réseaux sociaux. Le selfie est un vocabulaire assez récent qui consiste à se prendre en photo soi-même, par le moyen d’un smartphone ou d’un webcam. Par ailleurs, cette tendance gagne du terrain jusqu’à la grande Mosquée de La Mecque, en Arabie Saoudite au risque d’irriter les plus conservateurs.

Le selfie, très prisé par les pèlerins

hajj-mecque-selfie

Ceux qui viennent en pèlerinage en profitent pour se poser vite fait devant l’édifice avec son appareil. « Je fais un selfie avec la Kaaba en arrière-plan pour le diffuser sur mon profil Facebook afin que ma famille et mes amis puissent me voir » avance un jeune pèlerin turc pour s’expliquer. « C’est comme ça qu’on communique aujourd’hui, pas besoin de téléphoner » poursuit-il.

L’objectif est donc assez simple, partager avec ses connaissances cette expérience unique.

Pour d’autres, ces autoportraits constituent simplement un moyen supplémentaire de garder des souvenirs de leur passage dans un lieu saint. Selon un architecte égyptien d’une trentaine d’années : « Le Hadj est généralement considéré comme quelque chose de très sérieux, réservé aux gens plus âgés. Mais les selfies le rendent à nouveau cool ».

Divergence des points de vue auprès des chefs religieux

10269396_10152197632519947_2157368195836309387_n

Toutefois, ce ne sont pas tous les musulmans qui partagent cet avis. Certains pensent que le selfie est une perte de temps et que les pèlerins devraient se concentrer un peu plus sur la prière, surtout en ce période de ramadan. Néanmoins d’autres imams approuvent cette pratique qu’ils jugent tout à fait conciliable avec les principes de l’islam. « Ces photos ne font aucun mal. Les gens veulent simplement s’amuser et se rappeler de leur visite des lieux saints » explique le cheikh Abdallah ben Ali Basfar, théologien de Mena.

Un professeur de théologie à Ryad ne voit « pas de problème si les photos sont destinées à l’usage personnel et non à une large diffusion ». Mais il precise quand même que « Si l’objectif est de se glorifier, elles sont illicites, notamment celles prises pendant les rituels du hajj ».

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Réalisé par Web & SEO