28/06/2018

YouTube accusé de diffuser de la publicité sur des vidéos conspirationnistes

En février 2018, YouTube a sanctionné une chaîne suite à une vidéo consiparitionniste. Mais depuis, la situation ne s’est pas vraiment améliorée. En effet, la plateforme a du mal à gérer les vidéos de ce genre, qui eux, n’arrêtent pas d’envahir la chaîne. De ce fait, YouTube est désormais accusé de diffuser de la publicité sur les fake news.

Retrait de plusieurs annonceurs

Annonceur sur youtube

La situation pour la plateforme est plutôt critique, car les publicités des grands clients annonceurs apparaissent sur des vidéos conspirationnistes. Nous avons par exemple l’apparition d’annonces pour Toyota Corolla, Mercedes Benz, la plateforme Wix, la société de matelas Saatva et la compagnie d’assurance Lemonade sur une fake news sur le VIH. Le pire c’est que ce sont des sites influenceurs comme Undark et Adweek qui repèrent ces bourdes au niveau de la plateforme.

Le contenu de ce type de vidéos est assez choquant, ce qui a causé le retrait de nombreux annonceurs chez YouTube. En effet, on y prétend que les médicaments antirétroviraux seraient plus dangereux que le virus lui-même. D’ailleurs, selon ces mêmes vidéos, le VIH n’a rien de périlleux. Des propos qui n’ont été confirmés par aucun professionnel compétent.

Des mesures insuffisantes ?

youtube

La première action s’avère être une association entre la filiale de Google et Wikipédia. L’objectif de cette collaboration est d’étaler les informations vérifiées en dessous des vidéos conspirationnistes les plus célèbres.

De son côté, YouTube n’a pas tardé à modifier ses consignes pour remédier à la situation. En plus de cela, la plateforme s’est même lancée dans un recrutement de modérateurs humains qui seront chargés de gérer les publicités. Le but est de veiller à ce que les spots ne soient plus diffusés avant ou sur des vidéos partageant informations non vérifiées. Mais ces mesures ne semblent, pour le moment, pas très réussies. En effet, YouTube a encore du mal à gérer ces fake news.

Après constat et vérification, les responsables ont fourni leurs explications. Selon eux, il s’agirait d’une erreur et qu’en fait, la diffusion des annonces sur ces vidéos conspirationnistes n’était pas intentionnelle, mais due aux algorithmes.

En réponse aux différents désagréments causés par ces fake news, la plateforme a présenté ses excuses auprès de firmes concernées. YouTube a également tenté de rassurer ses grands annonceurs qu’il ne permettrait plus à ce genre de mésaventure de nuire à leurs activités.

Mais, tout cela n’a pu empêcher les premiers dégâts causés par ces vidéos conspirationnistes sur les chiffres d’affaires. Ainsi malgré toutes les solutions mises en place, de nombreux annonceurs ont quand même décidé de retirer leur publicité de la plateforme.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Réalisé par Web & SEO