Malvoyant : comment favoriser l’autonomie ?

Pour les malvoyants, les verbes percevoir, voir et regarder n’ont pas le même sens. En effet, leur degré de vision diffère selon les maladies qui affectent l’œil. Certaines pathologies altèrent le champ visuel central sans pour autant entraver le champ visuel périphérique. D’autres touchent le champ visuel général. Fort heureusement, les cas de cécité totale combinés à une absence de perception lumineuse sont rares. En utilisant des solutions de mobilité, les malvoyants peuvent très bien acquérir une autonomie optimale.

Les clous podotactiles et leur utilité

Les clous podotactiles ainsi que les bandes d’éveil figurent parmi les solutions permettant aux malvoyants de se déplacer en toute sécurité. Ils arborent une texture spécifique que les aveugles reconnaissent systématiquement dès qu’ils marchent dessus. On les retrouve généralement au niveau des quais de gare, des passages piétons et en avant d’un escalier. Quoi qu’il en soit, les bandes podotactiles doivent être conformes à la norme NFP 98-351 en vigueur. Elles se déclinent sous forme de dômes espacés de 3,75cm.

Les Ehpad, les hôpitaux, les écoles, les hôtels et autres structures accueillant un public doivent utiliser des clous podotactiles pour annoncer un danger aux personnes malvoyantes. Il convient donc de choisir parmi les clous podotactiles à frapper, à sceller, à visser. Autrement, les plots podotactiles peuvent être à coller, autoadhésifs ou à visser. Ces dispositifs de sécurité sont disponibles dans différents matériaux comme l’acier, le laiton, l’aluminium, le polymère, le bois ou encore le polyuréthane.

malvoyant

La canne blanche : une aide technique incontournable

Arborant un design simple, mais efficace, la canne blanche revêt plusieurs fonctions : de contrôle, de signalement, de protection, de détection et d’appui. À noter que les particularités (poignée, embouts, matériaux, longueur) sont différentes selon le modèle de canne. Dans un registre plus innovant, vous trouverez la canne blanche électronique qui vise à révolutionner le quotidien des malvoyants. Cette aide technique plus sophistiquée s’apparente à une canne blanche classique, mais surmontée d’un boîtier. Ce dernier intègre un système qui mesure la distance via un rayon laser. Du coup, la canne émet des sons ou des vibrations pour signaler les obstacles.

Le chien guide d’aveugle : pour une autonomie optimale

Dressé et éduqué, le chien d’aveugle guide son maître au quotidien. Grâce à son fidèle compagnon, le malvoyant évite les obstacles et les éventuels accidents. Pour réaliser de tels exploits, les chiens ne sont pas choisis au hasard. Les plus doux et les plus dévoués comme le Labrador ou le Golden retriever sont privilégiés. De par leur air jovial, ces chiens n’effraient pas les passants. Les races telles que le Berger allemand ou le Caniche royal peuvent aussi assister les personnes malvoyantes.Il s’avère aussi intéressant de se renseigner sur les mutuelles pour animal de compagnie.

Attention, il est déconseillé de perturber un chien d’aveugle sans l’autorisation de son maître. Sachez en effet que l’animal est en plein travail, donc il ne doit pas être distrait. Pour pouvoir adopter un chien guide, la personne malvoyante doit se référer aux associations qui se chargent de l’éducation de ces animaux. En général, ils sont attribués gratuitement, mais nécessitent un suivi régulier.

Cet article vous a plu ? Partagez-le !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.